SES INSIGNES

Au centre du Monument apparaissent les emblèmes français et canadiens, Marianne « enlassée » par une feuille d'érable veinée, surplombée par deux avant-bras, féminin et masculin, tenant un flambeau. Deux murets jouxtant cette partie centrale portent les sculptures de décorations françaises et canadiennes. Les décorations ornant les murets latéraux sont par ordre de préséance, pour la France, l'Ordre national de la Légion d'honneur, la Médaille militaire, l'Ordre national du Mérite et la Médaille de la Défense nationale et pour le Canada, la Croix de Victoria, l'Ordre du Canada, l'Ordre du Mérite militaire et l'Ordre du mérite des corps policiers, et la Croix du service méritoire. Les insignes de ces décorations ont été habilement gravés sur ce granit Barre Foncé® qui offre un excellent contraste lorsqu'il est sculpté et lettré. Vous trouverez ci-dessous un bref historique et une description de chacune des décorations inscrites sur les deux murs latéraux du monument.

 

Muret gauche - FRANCE

 

Muret droit - CANADA

FRANCE

 

LOrdre national de la Légion d’honneur

The National Order of the Legion of Honour.jpg

Insigne gravé sur granit

Legion of Honour.jpg

Photo de l’insigne

Historique

Plus haute distinction de France, la Légion d’honneur fut créée par le Premier consul Napoléon Bonaparte en 1802. Elle reconnait tant les militaires que les civils pour un acte de bravoure extrême ou des services éminents dans tous les domaines de la société. 

Le Président de la République est le Grand Maître de l’Ordre alors que le Grand Chancelier de la Légion d’honneur est responsable de son administration et préside au Conseil de l’Ordre. L’Ordre compte actuellement cinq niveaux divisés en trois grades : Chevalier, Officier et Commandeur ; et deux dignités : Grand Officier et Grand Croix. Environ 2 200 français et 300 étrangers sont décorés annuellement.

Les étrangers peuvent être décorés de la Légion d’honneur, sans toutefois en être membre, et de nombreux Canadiens ont reçu cet honneur. Les récipiendaires incluent des citoyens éminents comme les anciens gouverneurs généraux Michaëlle Jean (Grand Croix 2011) et Roméo Leblanc (Grand Officier 2002), les anciens premiers ministres William Lyon Mackenzie King (Grand Croix 1948) et Brian Mulroney (Commandeur 2016), l’homme d’affaire Paul Desmarais (promu Grand Croix 2008), la chanteuse Céline Dion (promue Officier 2021), la philanthrope Helen Vari (promue Grand Officier 2022), la romancière Antonine Maillet (promue Commandeur 2022) parmi tant d’autres sommités canadiennes du service publique, des arts et des affaires. Du côté militaire, plusieurs Canadiens ont été décorés au cours des deux conflits mondiaux. Plus tard, la France offrira la Légion d’honneur aux quelques dernier survivants de la Grande Guerre en 1998, elle décorera aussi des anciens combattants du Débarquement de Normandie et de la libération de la France lors d’anniversaires marquants, quelques dizaines en 2004 et plus de 1 400 en 2014. Encore de nos jours, des membres des Forces armées canadiennes sont reconnus pour leur leadership, notamment plusieurs Chefs d’état-major de la Défense ou commandants de commandements.

Description

Les détails de l’insigne de la Légion d’honneur ont changé au fil des changements de régime au cours des deux derniers siècles mais sa forme générale demeure la même. Il s’agit d’une étoile à cinq rayons doubles émaillés de blanc, les dix pointes boutonnées. Les rayons sont reliés par une couronne émaillée de vert et composée de feuilles de chêne (à droite) et de laurier (à gauche) et dont les extrémités inférieures, entrecroisées, sont attachées par un nœud. Le centre de l'étoile présente un médaillon en or avec une tête de Cérès de profil, symbolisant la République, entourée d'un cercle bleu, portant les mots : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. L'étoile est suspendue à une couronne de feuilles émaillée de vert et composée de feuilles de chêne (cette fois-ci à gauche) et de laurier (cette fois-ci à droite). Au revers, le médaillon d'or porte deux drapeaux tricolores avec l'inscription HONNEUR ET PATRIE ainsi que la date de création de l'ordre : 29 FLORÉAL AN X. 

L’insigne de Chevalier est en argent et se porte à la poitrine gauche. Les insignes des classes supérieures sont dorés. Celui d’Officier est aussi porté à la poitrine et son ruban est ornée d’une rosette, celui de Commandeur se porte au cou. L’insigne de Grand Officier consiste en l’insigne d’Officier accompagné d’une plaque argentée portée du côté droit de la poitrine. L’insigne de Grand Croix se porte suspendu en écharpe sur la hanche gauche accompagné d’une plaque dorée portée sur le côté gauche de la poitrine.

 

La couleur de son ruban est rouge.

Retour en haut de la page

 

La Médaille Militaire

La Médaille Militaire.jpg

Insigne gravé sur granit

2 Médaille Militaire.jpg

Photo de l’insigne

Historique

Deuxième distinction de France et sa plus haute distinction strictement militaire, la Médaille Militaire, souvent appelée la Légion d’honneur du sous-officier, fut créée par le Prince Président, Louis Napoléon Bonaparte, plus tard Napoléon III, en 1852. Elle récompense les exploits extraordinaires ou de longues années passées sous les drapeaux, elle répond à la devise " Valeur et discipline".

La Médaille Militaire est concédée par décision du Conseil de l’Ordre de la Légion d’honneur, confirmée par un décret d’attribution signé par le Président de la République. Elle peut être décernée pour voir été engagé sous les drapeaux depuis au moins huit ans, avoir été cité à l’ordre de l’armée, avoir été blessé au combat ou en service commandé ou s’être signalé par un acte de courage et de dévouement.

La Médaille militaire est destinée uniquement aux sous-officiers et aux soldats, avec la rare exception d’octrois exceptionnels à des généraux ayant commandé en chef, un très rare honneur. Environ 2 700 Français et 30 étrangers reçoivent la Médaille Militaire chaque année.

Plus de 55 militaires canadiens ont reçu la Médaille Militaire pour leurs exploits durant la Première Guerre mondiale.

La Société nationale d’entraide de la Médaille Militaire, une association des récipiendaires de la décoration, a signé une entente avec l’Ordre du mérite militaire du Canada afin d’ouvrir les bénéfices de la Société aux membres de l’Ordre canadien en guise de reconnaissance de la contribution militaire canadienne en France au cours des deux conflits mondiaux. 

Description

La Médaille militaire, d’un diamètre de 28 mm, est en argent et porte à l’avers l’effigie de la République avec cet exergue : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE et au revers, au centre du médaillon VALEUR ET DISCIPLINE. Elle est surmontée d’un trophée d’armes.

Son ruban est jaune bordé de vert.

Retour en haut de la page

 
 

L’Ordre national du Mérite

L’Ordre national du Mérite.jpg

Historique

Deuxième ordre national de France, l’Ordre national du Mérite fut créé par le Général Charles de Gaulle en 1963. L’objet de sa création était multidimensionnel. En plus de servir à l’union nationale, il y a avait un besoin de réduire la pression sur la Légion d’honneur, surutilisée surtout au cours des deux guerres mondiales, pour en préserver la rareté et le prestige, on voulait uniformiser et simplifier la reconnaissance formant alors un large ensemble complexe de distinctions spécialisées, et on voulait aussi récompenser une génération plus jeune qui pourrait servir d’exemple. 

Afin de rationaliser le système de décorations françaises, seize ordres ministériels spécialisés et coloniaux sont supprimés lors de la création de l’Ordre national du Mérite. Le nouvel Ordre est voué à récompenser le mérite distingué (la Légion d’honneur reconnait le mérite éminent), militaire ou civil, dans tous les domaines d’activité, après au moins dix ans de service (20 ans pour la Légion d’honneur).

 

Le Président de la République est le Grand Maître de l’Ordre alors que le Grand Chancelier de la Légion d’honneur est aussi le Chancelier de l’Ordre national du Mérite et est responsable de son administration et préside au Conseil de l’Ordre. L’Ordre compte cinq niveaux divisés en trois grades : Chevalier, Officier et Commandeur; et deux dignités : Grand Officier et Grand Croix. Environ 3 800 français et 300 étrangers sont décorés annuellement.

De nombreux citoyens Canadiens ont été décorés de l’Ordre national du Mérite dont le général Wayne Eyre, Chef d’état-major de la Défense (Commandeur 2021), la chanteuse Edith Butler (Chevalier 1998), le chanteur Robert Charlebois (Chevalier 2004) et l’historien Jacques Lacoursière (Chevalier 2008).

 

Description

L’insigne est une étoile à six branches doubles émaillées de bleu, surmontée d’une bélière formée de feuilles de chênes entrecroisées. L’angle des branches de l’étoile est décoré de feuilles de lauriers entrecroisées. L’avers présente l’effigie de la République avec l’inscription RÉPUBLIQUE FRANÇAISE et le revers deux drapeaux tricolores avec l’inscription ORDRE NATIONAL DU MÉRITE et la date 3 DÉCEMBRE 1963.

L’insigne de Chevalier est en argent et se porte à la poitrine gauche. Les insignes des classes supérieures sont dorés. Celui d’Officier est aussi porté à la poitrine et son ruban est ornée d’une rosette, celui de Commandeur se porte au cou. L’insigne de Grand Officier consiste en l’insigne d’Officier accompagné d’une plaque argentée portée du côté droit de la poitrine. L’insigne de Grand Croix se porte suspendu en écharpe sur la hache gauche accompagné d’une plaque dorée portée sur le côté gauche de la poitrine.

Son ruban est bleu de France.

Retour en haut de la page

Insigne gravé sur granit

3 Ordre National du Merite.png

Photo de l’insigne

La Médaille de la Défense nationale

La Médaille de la Défense nationale.jpg

Insigne gravé sur granit

4 National Defense.tif

Photo de l’insigne

Historique

La Médaille de la Défense nationale a été créée en 1982 par le Président François Mitterrand suite à une initiative de Charles Hernu, alors ministre de la Défense. Elle récompense les services particulièrement honorables rendus par les militaires (d'active et de réserve) pour leur participation aux activités opérationnelles ou de préparation opérationnelle des armées et les interventions au profit des populations.

La Médaille comporte trois échelons : or, argent et bronze. Elle comporte également des agrafes. Les militaires à l'occasion de leur participation aux activités opérationnelles, exercices, etc. accumulent un certain nombre de points qui leur permet d'obtenir successivement les trois échelons.

La Médaille de la Défense nationale peut être attribuée, à titre exceptionnel, à l'un des trois échelons aux :

  • militaires d'active ou de réserve et aux civils de la défense tués ou blessés dans l'accomplissement de leur devoir ;

  • militaires d'active ou de réserve qui se sont signalés par la qualité des services rendus ;

  • civils français et étrangers militaires ou civils ayant rendu des services particulièrement honorables à la défense de la France.

 

La Médaille de la Défense nationale, échelon or sans agrafe peut aussi être décernée pour une citation sans croix lorsque par exemple un militaire s'est distingué à l'occasion d'une action comportant un risque aggravé. Son ruban est alors agrémenté d’un attribut correspondant au niveau de la citation.

Près de 100 membres des Forces armées canadiennes ont reçu la Médaille de la Défense nationale (15 or, 30 argent et 48 bronze, toutes agrafes confondues, au 1er janvier 2022). Parmi eux figure le lieutenant-colonel Doris Gobeil, le seul Canadien à avoir reçu la Médaille de l’échelon or avec une étoile de bronze signifiant une citation à l’ordre de la brigade ou du régiment.

Description

Il s’agit d’une médaille circulaire de couleur or, argent ou bronze, portant à l'avers l'effigie de la Marseillaise de Rude et la mention RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Au revers apparait le bonnet phrygien, une palme de feuilles de laurier et les inscriptions ARMÉE-NATION et DÉFENSE NATIONALE. 

 

Le ruban est rouge foncé avec une bande centrale bleu outre-mer. En bordure, de chaque côté, un liseré blanc pour la médaille d'argent ou jaune pour la médaille d'or.

La médaille comporte des agrafes portant une inscription correspondant à l'arme d'appartenance ou au lieu géographique particulier où le récipiendaire a servi.

Le ruban de la médaille, échelon or, peut recevoir des attributs (étoiles de différents métaux, palme de bronze, etc) exprimant des citations et leur niveau.

Retour en haut de la page

 

CANADA

La Croix de Victoria

Victoria Cross.jpg

Insigne gravé sur granit

Screen Shot 2022-09-29 at 4.54.45 PM.png

Photo de l’insigne

Historique

La Croix de Victoria originale fut créée par la reine Victoria en 1856 et est la plus haute et plus prestigieuse distinction du Commonwealth. La Croix de Victoria est décernée pour un acte de bravoure remarquable, un acte de vaillance ou d'abnégation audacieux ou extraordinaire ou une fidélité extrême au devoir face à l'ennemi. Elle a été décernée à des militaires canadiens au cours de différents conflits jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

La Croix de Victoria originale a été décernée à 81 membres des forces militaires du Canada sur un total de 1 355 Croix et de trois barrettes décernées dans tout l’Empire britannique jusqu’à aujourd’hui. Ce nombre inclut uniquement ceux qui ont reçu la Croix alors qu’ils étaient au service des Forces armées canadiennes (y compris Terre Neuve) et ne tient pas compte des récipiendaires canadiens qui étaient au service des forces britanniques ou des récipiendaires britanniques qui ont par la suite déménagé au Canada ou qui se sont joints à ses forces armées. Le dernier récipiendaire canadien de la Croix de Victoria, le sergent Ernest Avila « Smokey » Smith, VC, CM, OBC, CD, (retraité), est décédé le 3 août 2005.


Pour les Canadiens, à compter du 1er janvier 1993, la Croix de Victoria canadienne a remplacé la Croix britannique. La nouvelle Croix de Victoria, créée par Sa Majesté la reine Elizabeth II au moyen de lettres patentes émises le 31 décembre 1992, fait partie d’une nouvelle série de décorations appelée  « Décorations de la vaillance militaire » dans laquelle on trouve :
 

  • la Croix de Victoria (VC) ;

  • l’Étoile de la vaillance militaire (ÉVM) ; et

  • a Médaille de la vaillance militaire (MVM).


Ces décorations reconnaissent les actes de vaillance, d’abnégation ou de dévouement face à l’ennemi. Tandis que 21 ÉVM et 90 MVM ont été décernées depuis leur création, la VC canadienne n’a toujours pas été décernée.

Description

La nouvelle Croix de Victoria est identique à l’originale; seule la devise FOR VALOUR figurant à l’avers a été changée pour au latin PRO VALORE étant donné la nature bilingue du Canada.
 

Il s’agit d’une croix pattée de bronze mesurant 38 mm de diamètre, dont les branches sont planes et les contours en relief. Elle porte à l’avers, la Couronne royale surmontée d’un lion léopardé, tête de front, sous laquelle se trouve, sur un listel, l’inscription PRO VALORE; et au revers, la date de l’acte pour lequel la Croix est décernée, qui est gravée à l’intérieur d’un cercle en relief.
 

La Croix est suspendue au moyen d’un anneau simple inséré dans le V d’une barrette ornée de feuilles de laurier, au revers de laquelle sont gravés le grade, le nom et l’unité du récipiendaire.
 

Le ruban est cramoisi et mesure 38 mm de largeur,

identique à son antécédent britannique.

Retour en haut de la page

 

L'Ordre du Canada

Order of Canada.jpg

Insigne gravé sur granit

6 Order of Canada.jpg

Photo de l’insigne

Historique

Créé en 1967 par Sa Majesté la reine Elizabeth II, l’Ordre du Canada est la pierre angulaire du Régime canadien de distinctions honorifiques. Il reconnaît des réalisations exceptionnelles, le dévouement remarquable d’une personne envers la communauté ou une contribution extraordinaire à la nation. Des Canadiens de tous les milieux de la société ont été admis à l’Ordre du Canada.

Sa Majesté le Roi est le Souverain de l’Ordre tandis que le Gouverneur général en est le Chancelier et Compagnon principal. Depuis 1972, l’Ordre comprend trois grades : Membre, Officier et Compagnon. L’Ordre comprend également une division extraordinaire, pour les membres de la Famille royale et les gouverneurs généraux ainsi que leur conjoint, et une division honoraire pour les citoyens étrangers.

Les mises en candidature, qui proviennent du grand public, sont considérées par le Conseil consultatif de l’Ordre du Canada, présidé par le Juge en chef du Canada, qui formule ses recommandations au Gouverneur général qui approuve les nominations et les promotions au nom du Roi.

Le nombre de nominations annuelles est strictement limité par la Constitution de l’Ordre. Elle permet la nomination de quinze Compagnons (l’effectif total des Compagnons ne pouvant dépasser 180), 80 Officiers et 171 Membres annuellement. Plus de 7 600 personnes ont été admises à l’Ordre depuis sa fondation. Les membres honoraires incluent deux citoyens français ; le chanteur Charles Aznavour et le journaliste Bernard Pivot, tous deux faits Officier honoraire en 2008.

Description

L’insigne de l’Ordre du Canada a la forme d’un flocon de neige à six pointes, émaillé de blanc, et arbore en son centre une feuille d’érable entourée d’un anneau rouge sur lequel est circonscrite la devise de l’Ordre DESIDERANTES MELIOREM PATRIAM (Ils désirent une patrie meilleure). L’anneau est surmonté de la Couronne royale. Le revers de l’insigne est simple, ne comportant que le mot CANADA et un numéro d’inventaire.

L’insigne de Compagnon est de couleur or, comporte une feuille d’érable rouge en son centre et est porté au cou. L’insigne d’Officier est également or mais plus petit, il comporte une feuille d’érable dorée en son centre et est aussi porté au cou. L’insigne de Membre est argent, comporte une feuille d’érable argent en son centre et est porté à la poitrine.

Le ruban de l’Ordre est d’une largeur de 38 mm et blanc aux bordures

rouges (9 mm), aux mêmes proportions que le drapeau canadien.

Retour en haut de la page

 

L'Ordre du mérite militaire et L’Ordre du mérite des corps policiers

L'Ordre du mérite militaire et L’Ordre du mérite des corps policiers.jpg

Insigne gravé sur granit

7 Merite militaire et police.jpg

Photo de l’insigne

Historique  de l’Ordre du mérite militaire du mérite militaire

Créé en 1972 par Sa Majesté la reine Elizabeth II, l’Ordre du mérite militaire (ORMM) reconnaît à leur juste valeur le mérite particulier et le service exceptionnel des militaires des Forces armées canadiennes.

Sa Majesté le Roi est le Souverain de l’Ordre tandis que le Gouverneur général en est le Chancelier et le Chef d’état-major de la Défense en est le Commandeur principal. L’Ordre comprend trois grades : Membre, Officier et Commandeur. L’Ordre comprend également une division extraordinaire, pour les membres de la Famille royale et les gouverneurs généraux, et une division honoraire pour les militaires étrangers. 

Les mises en candidature, qui proviennent de la chaine de commandement, sont considérées par le Conseil consultatif de l’Ordre du mérite militaire, présidé par le Chef d’état-major de la Défense, qui formule ses recommandations au Gouverneur général qui approuve les nominations et les promotions au nom du Roi.

Le nombre de nominations annuelles est strictement limité par la Constitution de l’Ordre. Elle permet un nombre de nominations annuelles correspondant à 0,1 % des effectifs totaux des Forces armées canadiennes de l’année précédente. De nos jours, cela représente environ 110 nominations par année.

De ce nombre, 5 % sont faits Commandeur, 20 % Officier, et 75 % Membre. En date du 1er juillet 2022, 50e anniversaire de l’Ordre, le nombre total des nominations (incluant les promotions) depuis la création de l’Ordre s’élève à 5 285, soit 300 Commandeurs, 1 377 Officiers et 3 608 Membres. La devise de l’Ordre est OFFICIUM ANTE COMMODUM, qui signifie « le service avant soi ».

Historique de l’Ordre des corps policiers

Créé en 2000 par Sa Majesté la reine Elizabeth II, l’Ordre du mérite des corps policiers rend hommage au service méritoire exemplaire et au leadership évident d’hommes et de femmes des services de police canadiens ainsi qu’à leur engagement envers le pays.  

 

Sa Majesté le Roi est le Souverain de l’Ordre tandis que le Gouverneur général en est le Chancelier et le Commissaire de la Gendarmerie royale du Canada en est le Commandeur principal. L’Ordre comprend trois grades : Membre, Officier et Commandeur. L’Ordre comprend également une division honoraire pour les policiers étrangers. 

Les mises en candidature, qui proviennent des différents corps policiers du pays, sont considérées par le Conseil consultatif de l’Ordre du mérite des corps policiers, présidé par le président de l’Association canadienne des chefs de police, qui formule ses recommandations, à travers le Commissaire de la Gendarmerie royale du Canada, au Gouverneur général qui approuve les nominations et les promotions au nom du Roi.

Le nombre de nominations annuelles est strictement limité par la Constitution de l’Ordre. Elle permet un nombre de nominations annuelles correspondant à 0,1 % des effectifs totaux de la police de l’année précédente. De nos jours, cela représente environ 65 nominations par année. De ce nombre, 6% sont faits Commandeur, 30 % Officier, et 64 % Membre. En date du 1er juillet 2022, le nombre total des nominations (incluant les promotions) depuis la création de l’Ordre s’élève à 1 148, soit 29 Commandeurs, 229 Officiers et 882 Membres. 

 

Description

L’insigne des deux ordres est identique et consiste en une croix pattée droite (quatre branches étroites au centre et s’élargissant vers les extrémités) émaillée de couleur bleue. L’insigne porte en son centre une feuille d’érable sur un fond blanc entourée d’un anneau rouge portant l’inscription MERIT-MÉRITE-CANADA, le tout surmonté de la Couronne royale émaillée en couleur. Le revers ne porte qu’un numéro d’inventaire. 

 

L’insigne de Commandeur est de couleur or, comporte une feuille d’érable rouge en son centre et est porté au cou. L’insigne d’Officier est également or, comporte une feuille d’érable dorée en son centre et est et est porté à la poitrine. L’insigne de Membre est argent, comporte une feuille d’érable argent en son centre et est également porté à la poitrine.

 

Le ruban de l’Ordre du mérite militaire est d’une largeur de 38 mm, bleu aux bordures dorées (4,8 mm). Celui de l’Ordre du mérite des corps policiers est de la même largeur

mais est bleu avec une bande centrale dorée, chaque bande étant égale.

Retour en haut de la page

 

La Croix du service méritoire 

Meritorious Service Cross.jpg

Insigne gravé sur granit

8 Meritorious Service.tif

Photo de l’insigne

Historique

Les décorations pour service méritoire soulignent une seule réalisation ou activité pendant une période donnée. Les décorations pour service méritoire appartiennent soit à la division militaire soit à la division civile, chacune comportant deux niveaux : la Croix du service méritoire et la Médaille du service méritoire. 

La Croix de la division militaire a été créée par Sa Majesté la reine Elizabeth II en 1984. La Médaille de la division militaire ainsi que la Croix et la Médaille de la division civile ont été créées en 1991. La Croix du service méritoire est décernée aux personnes témoignant d’un esprit professionnel remarquable ou d’un degré d’excellence exceptionnel qui font grand honneur au Canada ou qui lui procurent de notables avantages. La Médaille du service méritoire est décernée aux personnes témoignant d'un professionnalisme très élevé ou d'un degré d'excellence peu commun qui font honneur au Canada ou qui lui procurent des avantages. 494 Croix (266 militaires et 228 civiles) et 1 973 Médailles (1 070 militaires et 903 civiles) ont été décernées en date de 2022.

Des étrangers peuvent être reconnus dans l’une ou l’autre division. Plusieurs citoyens français se sont vus décerné l’une de ses décorations. Dans la division militaire, trois généraux français ont reçu la Croix du service méritoire : le lieutenant-général Bertrand Guillaume de Sauville de Lapresle et les généraux (corps d’armée) Bernard Janvier et Philippe Morillon, tous les trois en lien avec leur commandement en ex-Yougoslavie. Six militaires français ont aussi reçu la Médaille du service méritoire, plusieurs d’entre eux ayant servi avec la mission de Défense française à Ottawa, mais aussi le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’Armée de l’air française en 2014 et le commandant Yves Minjollet, administrateur du Palais et du Musée de la Légion d’honneur en 2009. En date de juillet 2022, 24 citoyens français ont été reconnus avec la Médaille du service méritoire de la division civile, la vaste majorité en lien avec le devoir de mémoire, ayant démontré un dévouement remarquable afin de préserver le souvenir des canadiens ayant combattus en terre française au cours des deux Guerres mondiales. Un exemple parmi d’autres est Soeur Agnès-Marie Valois, décorée en 1998. Elle avait soigné les soldats canadiens lors du raid sur Dieppe en 1942 et a continué à s’impliquer activement dans l’organisation de commémorations jusqu’à un âge avancé.

Description

L’insigne est une croix grecque de couleur argent de 38 mm de largeur, dont l’extrémité des bras évasés est arrondie. Il est surmonté de la Couronne royale qui fait partie de la barre de suspension. Une couronne de laurier est placée entre les bras de la croix. À l’avers, une feuille d’érable orne le centre. Au revers, les bras de la croix s’étendent au-delà de deux cercles concentriques formant le centre de la croix. Le monogramme royal figure dans le cercle intérieur, et les mots MERITORIOUS SERVICE MÉRITOIRE sont inscrits entre le cercle intérieur et le cercle extérieur, les mots MERITORIOUS et MÉRITOIRE étant séparés par une feuille d’érable dans la partie inférieure. La Médaille du service méritoire reprend le même dessin, les angles de la croix étant comblés pour former une médaille circulaire de 36 mm de diamètre suspendue à un anneau.

D’une largeur de 32 mm, le ruban de la Croix dans la division militaire est bleu

et compte deux bandes blanches (de 6 mm) centrées sur les tiers extérieurs du ruban.

Le ruban de la Croix de la division civile est semblable mais comporte une bande

centrale blanche additionnelle de 2 mm. Les rubans de la Médaille reprennent le même concept avec des lignes bleues de 1 mm centréessur les bandes blanches extérieures.

Retour en haut de la page